The Devil’s Rejects

Hé oui il est temps de commencer une nouvelle rubrique, le blog ne connait pas la crise ! J’ai donc décidé en bon cinéphile de rendre hommage au 7e art avec la catégorie des nanars que j’ai eu l’occasion de voir et aujourd’hui je vais vous parler de The Devil’s Rejects.

Ce film est plus qu’un nanar puisque c’est en réalité un hommage aux films d’horreur et de série B époque années 70, c’est débile, trash, cynique, vulgaire, drôle et sadique à la fois, bref tout un programme !

Oh fidèle lecteur je sens déjà ton interrogation poindre à demi-mot : comment ai je pu regarder un tel film si loin de mes gouts habituels ?  Je répondrais le gout du risque comme Jonathan & Jennifer ! (oui pardon je suis aller la chercher loin celle là) bref par curiosité tout simplement voici le speech :

Après la mort de son frère, le shérif Wydell ne rêve que de vengeance. Il est prêt à tout contre la terrifiante famille Firefly, et il n’hésitera pas à outrepasser la loi. Barricadés dans leur maison, les Firefly, eux, sont décidés à lui échapper par tous les moyens. Rien ne semble pouvoir arrêter leur macabre saga. Entre les deux camps, la guerre est ouverte, et elle va s’étendre …

C’est un film d’horreur parodique dans le genre à mourir de rire puisque tout est surjoué et exagéré. Je tiens à rassurer les lecteurs les plus sensibles d’entre nous (et j’en fais parti) non cela ne fait pas peur mais c’est clairement crade à mort :-D

Le réalisateur est Rob Zombie qui porte bien son nom puisqu’il est connu pour être l’auteur d’un certain prequel de la saga « Halloween » et de la « Maison des 1000 morts » , et pour te dire la vérité public ce sont deux films que je n’ai pas vu car en règle général j’évite les films d’horreur avec coulis de tomates mais celui-ci est particulièrement drôle pour être regarder à mon humble avis.

Et puis ce film mérite toute notre attention pour tous ces acteurs de seconde zone dont on ne retient jamais le nom mais qui sont connus pour leur « gueule de cinéma » : les burinés William Forsythe et Danny Trejo, le cinéaste à fait appel à quelques acteurs oubliés des années 70 comme Sid Haig, qui s’est illustré comme gaillard menaçant dans bon nombre de séries B américaines, Michael Berryman, immortalisé à l’écran par Wes Craven dans La Colline a des yeux, ou encore Geoffrey Lewis, fidèle partenaire de jeu de Clint Eastwood.

En un mot comme en cent : c’est bête et c’est méchant mais putain qu’est ce que on se marre et c’est bien tout l’intérêt de ce film !

4 réflexions sur “The Devil’s Rejects

  1. Pingback: Evénément au Nouveau Latina : Soirée Rob Zombie « Le Blog de Fitzcairn

  2. Pingback: Review de la soirée Rob Zombie « Le Blog de Fitzcairn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s